Le vitrail Tiffany :

Cette dénomination désigne une des nombreuses techniques de montage du vitrail, mise au point par le grand artiste américain Louis Comfort TIFFANY (1848-1933) qui a exploré tout le domaine verrier. Les procédés de coupe et les instruments utilisés sont identiques à ceux de la méthode traditionnelle du vitrail (Technique au plomb utilisé dans les églises), mais c’est l’assemblage qui diffère.

Origines du vitrail Tiffany :

Le vitrail des églises, structuré, était destiné à la prière, la méditation, la contemplation. Au fur et à mesure des siècles le vitrail c’est libéré autant dans les techniques que dans les thèmes. Tant et si bien que aujourd’hui aucune limite à l’imagination, les motifs peuvent être figuratif, contemporain, abstrait, innovant, et la technique Tiffany est certainement la méthode de vitrail qui est la plus adaptée à cette exploration d’émotion, de bien-être et d’ambiance, affranchie de barrières.

Finesse et volume des vitraux Tiffany :

Moins rigide que le montage avec des profilés de plombs, cette technique de montage consiste à utiliser un ruban de cuivre et à en entourer chaque pièce de verre coupé et meulé avant la mise en place tel un puzzle. Afin de les assembler, toutes les pièces sont brasées au moyen de tiges d’étain.

Ce mode de sertissage permet d’utiliser de très petites pièces de verre et créer ainsi de minutieux tableaux et si nécessaire de les monter en 3D et ainsi de créer suivant l’envie et le besoin de véritables sculptures. M. Tiffany a d’ailleurs mis en œuvre cette méthode, d’une plus grande souplesse que la technique traditionnelle, dans ses fameux luminaires.

Diversité des verres utilisés dans mes créations en vitrail Tiffany :

Les verres utilisés peuvent être structurés ou intégrés de motifs, ils seront ainsi martelé, marbré, granité, maroquiné, ridé, plissé, ondulé, givré, strié, lissé, moiré, cathédrale, baroque, nuageux, multicolore, vaporeux, diaphane, irisé, opalescent, etc. Vous pourrez admirer plusieurs types de verres sur mes créations en vitrail dans ma galerie-exposition ou venir me rendre visite sur rendez-vous à mon atelier.

 

Je ne comprends pas l’abandon du vitrail
qui s’éveillait et s’endormait avec le jour.
L’art a préféré la lumière mais le vitrail
animé par le matin effacé par le soir
faisait pénétrer la création dans l’église du fidèle.
André MALRAUX

 

Pas à pas, montage d’un vitrail Tiffany

Le futur vitrail est tracé en deux exemplaires
(un carton pour la coupe et un pour l’assemblage).
Calibrage du carton à l’aide de ciseaux à trois lames
(la lame du milieu permet d’ôter une fine languette correspondant à l’épaisseur du ruban de cuivre)

 

Après avoir été numérotés, les calibres de coupe
sont disposés et collés sur une feuille de verre.

 

Le verre est incisé au moyen d’un coupe-verre,
en exercent une pression constante.

 

Les pièces de verre sont séparées soit à la main,
soit au moyen d’une pince à détacher
(conçue de telle façon qu’elle permet à l’entaille de s’ouvrir), ou bien avec une pince à gruger pour grignoter les bords.
Les arrêtes de chaque morceaux sont adoucies
au moyen d’une meuleuse.

 

Après nettoyage, chacun des éléments de verres est
serti méticuleusement par un ruban de cuivre adhésif.
Les bords du ruban sont rabattus,
en veillant particulièrement à l’adhérence avec une spatule.

 

Assemblage des différentes pièces du vitrail,
tel un puzzle et maintenues avec des clous.
Puis, un décapant est appliqué sur le cuivre.
Brasage à l’étain au moyen d’un fer à souder. Par la suite le vitrail est lavé. Puis, la soudure peut être soit laissé argenté ou patiné en noir ou couleur cuivre.

 

Partagez la lumière . . .