Vitrail Tiffany: historique et technique

Nenuphar

La Technique Tiffany (sertissage au cuivre)

Cette dénomination désigne une technique de sertissage de vitrail, probablement inventée par le grand artiste américain Louis Comfort Tiffany (1848-1933) qui a exploré tout le domaine verrier. Les procédés de coupe et les instruments utilisés sont identiques à ceux de la méthode traditionnelle du vitrail (Technique au plomb utilisé dans les églises), mais c’est l’assemblage qui diffère.

Moins rigide que le montage avec des profilés de plombs, il consiste à utiliser un ruban de cuivre et à en entourer chaque pièce de verre coupé avant la mise en place sur le carton et dans le cadre. Les soudures sont réalisées avec des tiges d’étain.

Ce mode de sertissage permet d’utiliser des petites pièces de verre et si nécessaire de les monter en volume. Tiffany a mis en oeuvre cette méthode d’une plus grande souplesse que la méthode traditionnelle en particulier dans ses luminaires.

Le verre utilisé peut être martelé, marbré, granité, maroquiné, ridé, plissé, ondulé, givré, strié, moiré, cathédrale, baroque, nuageux, multicolore, vaporeux, diaphane, irisé, opalescent, etc. Vous pourez admirer plusieurs types de verres sur des vitraux terminés dans ma galerie exposition.

Je ne comprends pas l'abandon du vitrail qui s'éveillait et s'endormait avec le jour. L'art a préféré la lumière mais le vitrail animé par le matin effacé par le soir faisait pénétrer la création dans l'église du fidèle.
-André MALRAUX-

Pas à pas

Le futur vitrail est tracé en deux exemplaires (un carton pour la coupe et un pour l’assemblage).

Calibrage du carton à l’aide de ciseaux à trois lames (la lame du milieu permet d’ôter une fine languette de papier correspondant à l’épaisseur du ruban de cuivre qui s’insérera entre chaque morceau).

Après avoir été numérotés, les calibres de coupe sont disposés et collés sur une feuille de verre.

Le verre est incisé au moyen d’un coupe-verre, en exercent une pression constante.

Les pièces de verre sont séparées soit à la main, soit au moyen d’une pince à détacher (conçue de telle façon qu’elle permet à l’entaille de s’ouvrir), ou bien avec une pince à gruger pour grignoter les bords.

Les arrêtes de chaques morceaux sont adoucies avec une meuleuse.

Après nettoyage, chacun des éléments de verres est serti méticuleusement par un ruban de cuivre adhésif.

Les bords du ruban sont rabattus, en veillant particulièrement à l’adhérence avec une spatule.

Les différentes pièces sont assemblées, tel un puzzle et maintenues avec des clous. Puis, un décapant est appliqué sur le cuivre.

Brasage à l’étain au moyen d’un fer à souder. Par la suite le vitrail est lavé. La soudure peut être patiné en noir ou façon cuivre vieilli et enfin vernis afin qu’elle ne perde pas de son éclat. Vous désirez voir le résultat final, suivez le guide dans la galerie-exposition.

| Accueil Vitrail Centre Bretagne | Vitrail | Galerie | Stages | Astuces | Patrons | Liens | Contact |

Copyright "Vitrail-centre-bretagne" © 2008 tous droits réservés

Sandra JULIEN 2, rue du Centre 22 320 PLUSSULIEN  -  Tél.: 02-96-24-02-82